La pierre d’alun : Anti-transpirant écolo, mais vraiment bon pour ta peau ?

Anti-transpirant naturel et écologique, la pierre d’alun est devenue un incontournable dans l’univers des déodorants. Présentée comme une alternative efficace aux déodorants classiques, la pierre d’alun, est-elle vraiment ton copain pour ta peau ? On va tenter d’y répondre et promis on va éviter les jeux de mots par respect pour ceux qui portent ce prénom. Car oui, on a tous un oncle qui s’appelle Alain.

Mais c’est qui Alun ?
Minerai connu depuis l’Antiquité, la pierre d’alun est utilisée et connue aujourd’hui dans le monde magique de la cosmétique. Un peu de chimie pour commencer, la pierre d’alun est un sulfate double d’aluminium et de potassium. Cette pierre se présente de nos jours sous plusieurs formes. Naturelle bien sûr, mais aussi de manière synthétique ou reconstituée. Dans ce cas, elle est composée uniquement de sulfate d’aluminium ou d’ammonium.

OK c’est bien beau, mais quelle est sa vertu ?

La grande force de l’alun est de limiter la transpiration en bouchant les pores. Grâce à ce petit caillou, fini la sueur et les mauvaises odeurs qui vont avec. Elle s’utilise humidifiée à l’eau froide en la passant lentement sur la peau Merci la nature !!

Alunposteur ?

À première vue, la pierre d’alun semble être le Saint-Graal que nos aisselles attendaient. Oui, mais voilà, ce minerai n’est malheureusement pas exempt de tout risque pour notre corps.

Un risque pour la peau tout d’abord, puisque selon plusieurs études et témoignages, les plus sensibles d’entre elles risquent de ne pas supporter la pierre d’alun. Ainsi des irritations, rougeurs et démangeaisons peuvent apparaître après l’utilisation de déodorants à base d’alun. Peu étonnant, puisque l’une de ses caractéristiques est asséchante et peut donc provoquer ce genre de désagrément pour les peaux les plus fragiles.

Mais pire encore, du fait de sa composition, cette pierre pourrait être bien plus dangereuse pour notre corps et notamment pour les cellules mammaires du fait de sa composition. En effet, l’aluminium (présent aussi dans les déos classiques et déjà pointé du doigt) contenu dans la pierre d’alun présente un danger de toxicité.

Si aucune étude n’a pas encore véritablement démontré le danger de la pierre d’alun et que l’industrie qui commercialise cet anti-transpirant naturel joue la carte du non-risque absolu, il y a de quoi être un poil sceptique. 

Alors qu’utiliser si on veut préserver notre peau et ne pas sentir mauvais par coup de grosse chaleur ? Plusieurs possibilités s’offrent à vous, le tout garanti sans sels d’aluminium et sans déchets. La première est le DIY (Do It Yourself) en faisant son déodorant soit même notamment à partir de bicarbonate de soude. Plus simple, il existe toute une gamme de solutions écologiques qui ne contiennent aucun métal, notamment les déodorants solides.


Conclusion, si se mettre du déo ne prend qu’à peine cinq secondes par jour, il est important de prendre le temps de se pencher sur ce qu’on met sur sa peau :)

 

 

Mot clé déodorant

Nouveau post

translation missing: fr.blogs.comments.comments_with_count

translation missing: fr.blogs.comments.no_comments

Laisser un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés